La Société des Vétérinaires Suisses rejette une «distanciation sociale» générale pour les animaux de compagnie

vendredi, 13 novembre 2020

Au vu des connaissances actuelles, on ne peut justifier une limitation générale de sortie et de mouvement pour les animaux de compagnie. Le bien-être animal s’en trouverait compromis de manière disproportionnée.

Un article de la version germanophone du 20 minutes paru récemment cite le «Center for Disease Control and Prevention» américain: il faudrait selon celui-ci fortement limiter les contacts sociaux des chiens et des chats en raison de la pandémie de Covid-19. Les chiens ne devraient plus être promenés qu’à la laisse et il conviendrait en outre d’éviter tout contact avec d’autres chiens. Les chats devraient pour leur part, dans la mesure du possible, aussi être gardés à l’intérieur.

Ces recommandations ne sont pas applicables de manière générale en Suisse. C’est l’avis aussi bien de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV que des facultés de médecine vétérinaire de Zurich et de Berne ou encore de la Société des Vétérinaires Suisses SVS et de ses sections spécialisées pour la médecine des petits animaux ASMPA, la protection des animaux AVSPA et la médecine comportementale STVV.

Au vu des connaissances actuelles, on ne peut justifier une limitation générale de sortie et de mouvement pour les animaux de compagnie. Le bien-être animal s’en trouverait compromis de manière disproportionnée. Il existe en revanche une recommandation claire en présence d’un cas de quarantaine ou d’isolement du détenteur d’un animal en raison de Covid-19. Dans les deux cas, il importe de limiter au minimum les contacts entre l’animal et la personne en quarantaine ou en isolement, et de respecter les règles d’hygiène usuelles (se laver les mains, ne pas se laisser lécher le visage par l’animal etc.). Pendant la durée de la quarantaine ou de l’isolement, le suivi de l’animal devrait être conféré à une tierce personne, si possible. Les sorties du chien doivent aussi être réalisées par des tiers. Par ailleurs, il convient d’éviter au mieux le contact de l’animal avec des personnes en-dehors du ménage et, de manière générale, avec d’autres animaux.

À l’heure actuelle, il n’existe aucun indice selon lequel les chiens, chats ou autres animaux domestiques constitueraient un risque de contamination pour l’être humain ou qu’ils pourraient jouer un rôle dans la propagation du virus. Dans tous les cas d’animaux domestiques testés positivement, les animaux se sont le plus vraisemblablement contaminés par contact étroit auprès de la personne infectée et non l’inverse. Dans le cas de la pandémie de COVID-19, la transmission se fait pour l’essentiel de personne à personne.

Les recommandations régulièrement mises à jour sur la manière de se comporter avec les animaux sont accessibles sur les sites internet de l’OSAV et des différents cantons.

 
TYPO3 Agentur