Transport des médicaments vétérinaires: revenons-en à des prescriptions praticables!

jeudi, 27 septembre 2018

Les nouvelles prescriptions de livraison renchérissent les médicaments pour les animaux dans le pays et accroissent les pénuries dans l’approvisionnement. C’est pourquoi le conseiller national Leo Müller réclame, dans une motion, d’en revenir à des conditions praticables et de renoncer à des règles spéciales pour la Suisse. La Société des Vétérinaires Suisses (SVS) voit d’un bon œil le dépôt de cette motion.

Depuis le 1er janvier 2018, des règles plus strictes prévalent en Suisse pour le transport des médicaments vétérinaires. La motion déposée par le conseiller national Leo Müller (PDC, LU) durant la session d’automne demande d’en revenir aux prescriptions antérieures. Se basant sur les nouvelles règles en vigueur, les entreprises envoient tous les médicaments à température contrôlée et les paquets arrivent à toute heure de la journée par coursier. Cependant, la nouvelle logistique renchérit les produits dans le pays. Ainsi, la pression concurrentielle va encore se renforcer, en particulier dans les régions limitrophes, au détriment des cabinets vétérinaires suisses. Par ailleurs, les transports spéciaux vers les régions retirées sont discutables au plan écologique.

Le renforcement des prescriptions découle d’une directive de l’UE reprise par la Suisse, qui règle la bonne pratique de distribution (BPD) pour les médicaments à usage humain. Cependant, contrairement à ce qui a cours dans l’UE, la Suisse applique cette disposition de façon pratiquement identique pour les médicaments à usage vétérinaire. Ce nouveau mode de mise en œuvre est typiquement une réglementation inutile spécifique à la Suisse, qui crée un préjudice pour le site de production suisse. Il n’existe aucune justification objective expliquant ces prescriptions plus sévères en médecine vétérinaire. Elles ont pour but principal la prévention de l’introduction de médicaments falsifiés dans la chaîne de livraison légale, un cas de figure dont on ne connaît aucun exemple concret dans le domaine des médicaments vétérinaires.

L’UE pour sa part est actuellement en train de remanier une directive dans le domaine de la bonne pratique de distribution des médicaments vétérinaires. Aux termes de la motion de Leo Müller, il serait plus judicieux d’attendre jusqu’à ce que l’UE dispose d’une réglementation uniforme.

En mai déjà, la Société des Vétérinaires Suisses (SVS) avait, dans le cadre de sa dernière prise de position relative à la révision totale de l'ordonnance sur les autorisations dans le domaine des médicaments, critiqué les prescriptions de transport insensées prévalant pour les médicaments vétérinaires. Les vétérinaires veulent certes garantir des médicaments vétérinaires de qualité élevée, de la commande à l’application. Ils réclament toutefois, comme c’est d’ailleurs aussi le cas dans l’UE, une solution adaptée à la branche vétérinaire.

Informations complémentaires:
Service médias SVS, tél. 031 307 35 37, media(at)gstsvs.ch

Communiqué de presse en format pdf

 
TYPO3 Agentur