Les vétérinaires réclament 50 places d’études en plus

vendredi, 25 mai 2018

Les universités de Berne et de Zurich devraient former 200 jeunes vétérinaires et non juste 150 comme à l’heure actuelle. La Société des Vétérinaires Suisses (SVS) réclame des places d’études supplémentaires en réponse à la progression de l’emploi à temps partiel.

Actuellement, plus de la moitié des vétérinaires âgés de 35 ans travaille à temps partiel. La progression de l’emploi à temps partiel entraînera à moyen terme un manque de personnel qualifié en médecine vétérinaire. Afin de compenser cette lacune, les vétérinaires réclament une augmentation de 150 à 200 du nombre de places de formation à la faculté Vetsuisse. C’est la demande formulée par la Conférence des présidents de la Société des Vétérinaires Suisses (SVS) au mois de mars 2018.

En dépit de l’augmentation de la demande pour les études en médecine vétérinaire au cours des dix dernières années, le nombre de places d’études a été maintenu constant à 150 unités. Comme le montre le dernier rapport concernant le test d’aptitudes pour les études de médecine (AMS), le nombre de personnes ayant obtenu une place d’études pour la médecine vétérinaire après avoir réussi le test est passé pour la première fois au-dessous de la barre des 40 % en 2017.

Du point de vue de la SVS, davantage de places d’études devraient permettre de maintenir, voire d’améliorer la qualité de la formation. Pour la SVS, l’augmentation du nombre de places d’études est une première étape visant à répondre aux conditions en mutation dans la médecine vétérinaire. Les jeunes vétérinaires travaillent de plus en plus en qualité d’employés et sont ainsi soumis à la loi sur le travail, à l’inverse des détenteurs de cabinets indépendants. Par ailleurs, les besoins d’horaires de travail fixes et de temps partiel augmentent, afin de concilier profession, famille et loisirs. La SVS estime que l’offre de formation doit s’adapter à l’évolution sociétale.

Les places d’études supplémentaires devront aussi contribuer à assurer l’approvisionnement en soins vétérinaires en Suisse à l’avenir.

 
TYPO3 Agentur