Banque de données sur les antibiotiques: l’investissement en temps doit se justifier

vendredi, 03 novembre 2017

La Société des Vétérinaires Suisses (SVS) est favorable à l’introduction de la banque de données sur les antibiotiques pour la médecine vétérinaire actuellement en voie de planification. Elle craint cependant un surcroît de travail important pour les cabinets. La banque de données n’a de sens que pour autant qu’elle permette de faire des déductions sur les résistances et que la médecine humaine garantisse un système similaire.

Dès 2019, une banque de données sur les antibiotiques aura pour but de mieux consigner les traitements réalisés en médecine vétérinaire. Dans sa prise de position concernant le paquet d’ordonnances relatives aux produits thérapeutiques IV, la Société des Vétérinaires Suisses (SVS) se prononce clairement en faveur du système d’information sur les antibiotiques (SI ABV). La banque de données offre l’opportunité de mettre au jour plus précisément les zones de problèmes et de définir les mesures appropriées.

La SVS craint toutefois un surcroit de travail important pour les cabinets vétérinaires. Elle demande que l’on veille à ce que l’investissement en temps pour la saisie des données demeure le plus faible possible, afin de réduire autant que possible les surcoûts. Les vétérinaires ne supporteront pas les coûts supplémentaires qui apparaîtront. Par ailleurs, il importe d’assurer un rapport approprié entre l’utilité de la banque de données et l’investissement correspondant.

Selon la loi sur les produits thérapeutiques, la banque de données a notamment pour but de surveiller la situation sur le front des résistances, un aspect qui a disparu dans l’ordonnance. La SVS demande que la banque de données permette de relater clairement l’évolution des résistances. Ainsi seulement l’investissement en temps nécessaire à la saisie des données pourra se justifier.

La quantité d’antibiotiques totale mise en œuvre dans le secteur vétérinaire a reculé de 40 % en Suisse depuis 2008. Par contre, la consommation s'accroît en médecine humaine. La SVS soutient l'approche One-Health de la Confédération dans la lutte contre les résistances aux antibiotiques. À cet effet, les vétérinaires demandent l’introduction d’une banque de données similaire, servant à consigner l'utilisation des antibiotiques chez l'être humain.

Par ailleurs, il n’est pas envisageable que le bien-être des animaux pâtisse de la surveillance de l’utilisation des antibiotiques. Les vétérinaires doivent pouvoir continuer à traiter les animaux malades. Ils s’engagent en faveur d’une évolution de la détention des animaux et d'une amélioration des possibilités de diagnostic, afin de réduire les besoins d'antibiotiques.

La prise de position de la SVS est disponible ici: www.gstsvs.ch/fr/themes-positions/consultations-prises-de-position

Informations complémentaires:
Service médias SVS, tél. 031 307 35 37, media(at)gstsvs.ch

Communiqué de presse en format pdf

 
TYPO3 Agentur