Espace membre

Vous n'êtes pas connecté

Journal Archives Suisses de Médecine Vétérinaire
Editeur SVS
Cahier Volume 158, cahier 1, janvier 2016
ISSN (print) 0036-7281
ISSN (online) 1664-2848
en ligne depuis 4 janvier 2016

200 ans ASMV

SAT sur retro.seals.ch – Admission dans la mémoire électronique des périodiques

Le DigiCenter de la bibliothèque de l’EPFZ dispose de scanners performants, qui autorisent de lire de manière efficace de gros stocks de périodiques. © Frank Blaser, 2015

La bibliothèque de l’EPFZ met à la libre disposition du public l’intégralité de plus de 350 revues sur la plateforme retro.seals.ch. Les ASMV feront également bientôt partie du lot. Tous les cahiers jusqu’au millésime 2001 seront enregistrés sous forme digitale au cours des prochains mois pour être ainsi archivés en ligne à long terme.

On y est presque: les «Archives suisses de médecine vétérinaire » (ASMV) font un pas supplémentaire vers l’ère digitale. La plus ancienne revue de médecine vétérinaire du monde sera reprise sur la plateforme retro.seals.ch. Ainsi, toutes les éditions ASMV de 1816 à 2001 seront accessibles en ligne pour tout le monde.

Plus de 4 millions de pages

La plateforme retro.seals.ch – jusqu’à peu elle était encore connue sous le nom de retro.seals.ch – est exploitée par la bibliothèque de l’EPFZ. Elle a été lancée en 2005. À cette date, la bibliothèque lançait le projet E-Archiving, qui s’intéressait à la disponibilité digitale à long terme des contenus scientifiques. Un sous-projet s’est attelé à digitaliser des périodiques imprimés – principalement du domaine de l’architecture – pour les placer sur une plateforme en ligne. Il en est ressorti, en collaboration avec le Consortium des bibliothèques universitaires suisses, la plateforme retro.seals.ch, qui a finalement été intégralement reprise par la bibliothèque de l’EPFZ en 2013. Depuis lors, l’offre en ligne s’est considérablement étoffée: au total, 351 revues, ce qui correspond à plus de 4 millions de pages, sont recensées. La palette thématique va des publications techniques aux revues culturelles, en passant par les périodiques médicaux. «Au départ, explique Regina Wanger, responsable du Digi- Center de la bibliothèque de l’EPFZ, l’accent de retro. seals.ch se portait sur les revues scientifiques. Mais, au fil des années, le profil s’est progressivement élargi. Aujourd’hui la plateforme accueille de nombreuses publications hors domaines scientifiques.»

Accès à des éditions épuisées

Un certain nombre de critères doivent être satisfaits pour qu’une publication puisse être admise dans retro.seals. ch. La revue doit présenter un lien évident avec la Suisse, être d’intérêt général et, par ailleurs, l’éditeur doit accepter qu’elle soit mise à la disposition du public. La demande d’institutions souhaitant voir admettre leur périodique sur la plateforme est forte, note la responsable. «Les éditeurs doivent certes participer aux coûts mais, pour eux, c’est au final un investissement rentable, car ils peuvent ainsi profiter de l’infrastructure existante et de la notoriété de la plateforme.» À quelques rares exceptions, comme la revue culturelle «Du» ou le magazine satirique «Nebelspalter», les publications issues d’éditions commerciales ne sont pas recensées. Ces éditions disposent en général de possibilités d’archivage internes et n’ont souvent aucun intérêt à mettre d’anciens cahiers gratuitement à disposition de la communauté.

«En principe, nous visons à proposer des conditions attrayantes aux éditeurs, insiste Regina Wanger. C’est également dans l’intérêt général, car la plateforme, comprise comme mémoire électronique des périodiques, est un instrument très utile pour la recherche.» On constate toutefois que l’offre n’intéresse pas uniquement les personnes fréquentant les hautes écoles, mais aussi le grand public. «À l’heure actuelle, nous dénombrons près de 500 000 visiteurs par mois, une tendance qui se veut à la hausse, relève encore la spécialiste. Les utilisateurs trouvent un intérêt tout particulier au fait que la plateforme rende accessibles des éditions épuisées de longue date. Les plus anciennes revues cataloguées sur retro.seals.ch ont été publiées au début du 18ème siècle.»

Infrastructure en constante expansion

Il faut compter plusieurs mois avant qu’un périodique comme les ASMV soit intégralement disponible sur la plateforme. La première étape, la digitalisation en soi, est relativement rapide. Grâce aux scanners modernes, avec lesquels on peut reprendre les cahiers de manière efficaces, Regina Wanger compte environ trois à quatre mois pour digitaliser une revue comme la nôtre. On saisit matériel intégral de la revue, y compris les pages d’annonces et les éventuels encarts spéciaux. Grâce à la reconnaissance optique des caractères (ROC), il est possible par la suite d’effectuer des recherches de mots-clés en plein texte dans le stock complet. Par ailleurs, les documents enregistrés sur retro.seals.ch sont pris en compte lors d’une recherche sur Google. La seconde étape en revanche, soit la reconstitution des textes individuels, est beaucoup plus laborieuse. Chaque titre d’article, de même que les auteurs, sont saisis à la main. Les textes qui s’étendent sur plusieurs pages sont marqués de sorte à pouvoir, par la suite, être redonnés dans un seul et même document PDF.

À l’origine, retro.seals.ch n’avait pas été conçu pour une telle quantité de données. La bibliothèque de l’EPFZ a donc dû adapter régulièrement son infrastructure TI. C’est cette adaptation qui permet aujourd’hui d’en assurer une exploitation à long terme. A partir du mars 2016, ce développement sera enfin visible pour tous les utilisateurs: retro.seals.ch recevra le nouveau nom d'e-periodica.ch et apparaît dans un nouveau design adaptatif, qui permet une recherche confortable dans tous les stocks, aussi bien sur tablette que sur smartphone. Avec sa reprise dans retro.seals.ch / e-periodica.ch, les ASMV sont donc parées au mieux pour l’ère digitale.

www.retro.seals.ch
www.e-periodica.ch (à partir du mars 2016)

Texte: Felix Würsten
Image: © Frank Blaser,
2015

 
TYPO3 Agentur